Martial Saddier

C’est avec un immense plaisir que je vous accueille sur ce site internet dédié à ma fonction de Député.

Je profite de cet édito pour vous remercier personnellement de la confiance que vous m’avez renouvelée à l’occasion des dernières élections législatives.

Convaincu de l’importance capitale d’une grande proximité des élus avec le citoyen pour un bon fonctionnement de la démocratie, il me paraît essentiel d’entretenir un contact permanent avec vous. Espace d’interactivité et d’échange, j’ai souhaité que ce site internet vous permette de mieux me connaître, de suivre mes actions et mon travail législatif et d’y trouver tous les renseignements dont vous auriez besoin. J’ai aussi et surtout souhaité que ce site devienne un nouveau moyen d’être à votre écoute, le plus simplement possible.

Je reste également à l’écoute de toutes vos suggestions qui me permettraient d’améliorer encore la qualité de ce site qui est maintenant le vôtre !

Le 15 novembre 2018

Plus de 900 personnes présentes au colloque « Eau et changement climatique » pour fêter les 50 ans des agences de l’eau

    

François DE RUGY, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, est venu répondre aux interrogations des Présidents de comité de bassin et s’est engagé sur la nécessité de stocker l’eau en défendant de nouvelles conditions de stockage et il a lancé une réflexion sur de nouveaux financements des catastrophes naturelles qui touchent de plus en plus notre territoire. Il a également conforté les agences de l’eau et les comités de bassin, autant de revendications que je porte régulièrement au niveau national.

Jean-Louis ETIENNE était le grand témoin de ce colloque.

Le 14 novembre 2018

En CDD : audition de Marie-France BELLIN, dont la nomination est proposée au poste de Présidente de l'IRSN

La commission du développement durable auditionnait, ce matin, Marie-France BELLIN, dont la nomination est proposée au poste de Présidente de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN). J'ai notamment souhaité savoir si elle comptait travailler sur l'élévation de la température des cours d'eau qui refroidissent les centrales. J'ai également profité de cette occasion pour revenir sur les conditions du débat de cette nuit, qui s'est achevé vers 6h15 alors que les commissions obligatoires du mercredi débutent à 9h30.

Vous pouvez visualiser mon intervention en cliquant sur le lien suivant :


Plus d'infos

Le 14 novembre 2018

Question au Gouvernement sur le financement de la politique de l'eau

Alors qu'auront lieu demain les 50 ans des agences de l'eau autour d'un colloque intitulé « Eau et changement climatique, une journée des solutions », j'ai demandé au Gouvernement de réaffirmer son soutien en faveur des instances de bassin. Je l'ai également interrogé sur la nécessité que l'argent prélevé sur l'eau consommé dans notre pays soit bien investi pour que "l'eau reste bien toujours un bien commun de la Nation en qualité, en quantité, en tout point de notre territoire".

M. Martial Saddier. « L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. » Depuis 1992, c’est ainsi que l’eau est définie par la loi de la République. Monsieur le Premier ministre, le 29 août dernier, vous êtes venu dans le département des Hautes-Alpes pour clôturer la première partie des assises de l’eau. Le début de l’année 2018 avait nourri de grandes inquiétudes, vous le savez. En effet, le prélèvement sur les agences de l’eau semblait remettre en cause le principe pollueur-payeur issu de la loi de 1964 selon lequel « l’eau paye l’eau ».

Après dix mois d’échanges avec le Gouvernement, d’engagement des présidents de comité de bassin et de nombreux parlementaires de toutes sensibilités sur ces bancs, nous avons, je crois, trouvé un équilibre qu’il convient de préserver. Grâce à ce dialogue et au travail remarquable des collaborateurs des agences, le onzième programme a été voté pour l’ensemble des comités de bassin. Demain, jeudi 15 novembre à Lyon, les acteurs se réunissent à l’occasion des cinquante ans des agences de l’eau. Ce rendez-vous sera également celui du lancement de la seconde partie des assises de l’eau autour du grand cycle et dans un contexte de dérèglement climatique qui est déjà une réalité.

Monsieur le Premier ministre, les acteurs locaux attendent des réponses pragmatiques pour relever ces défis. Pour cela, il faudra lever un certain nombre de freins techniques, administratifs et financiers et accompagner des nouveaux projets tels qu’économiser l’eau ou développer la substitution de la ressource. Le Gouvernement entend-il soutenir et relancer un programme de stockage de l’eau pour constituer des réserves et prévenir les crues ?

Nous nous interrogeons également quant à la possibilité de financer autrement que par redéploiement budgétaire les grandes catastrophes naturelles.

Monsieur le Premier ministre, après cinquante ans d’une politique de l’eau qui a porté ses fruits, réaffirmerez-vous votre confiance aux instances de bassin ? Pouvez-vous garantir que, désormais, l’argent prélevé sur l’eau consommée dans notre pays sera bien investi pour que l’eau demeure « un bien commun de la nation » en qualité, en quantité et en tout point de notre territoire ? (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

M. le président. La parole est à M. le ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire.

M. François de Rugy, ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire. C’est vrai, l’année dernière, le financement de la politique de l’eau avait été largement débattu, à l’Assemblée nationale. L’accord que nous avions trouvé avait permis de donner des perspectives claires pour les cinq années suivantes, aux acteurs de la politique de l’eau, les agences de l’eau, que vous connaissez très bien.

La première partie des assises de l’eau a permis de conforter ces outils au service de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement. Le Premier ministre l’a rappelé lors de sa visite dans votre bassin, en août dernier.

Les agences de l’eau financeront 50 % des diagnostics qui concernent l’amélioration des réseaux. De nouvelles capacités d’emprunt ont été débloquées puisque la Caisse des dépôts et consignations a ouvert une ligne de crédit de 2 milliards d’euros. Ces prêts s’étalent sur une très longue durée et les élus locaux ont salué cette mesure.

Un lien de solidarité s’est également noué avec les zones les moins favorisées qui ont plus de difficultés à financer les investissements nécessaires dans les réseaux.

Vous organisez demain, avec le réseau des agences de l’eau, un colloque autour de ce thème. Je suis heureux de pouvoir me rendre à votre invitation. Nous pourrons aborder le sujet du stockage de l’eau dans le secteur de l’agriculture. Nous devons étudier cette question avec un œil neuf, ce que nous faisons avec le ministère de l’agriculture, pour répondre aux enjeux du dérèglement climatique qui provoque de graves sécheresses mais aussi de très fortes précipitations. Nous échangerons avec tous les responsables de la politique de l’eau, au premier rang desquels les élus locaux.

Le ton de votre question me convainc que nos échanges seront beaucoup plus constructifs et consensuels au sujet de l’eau que de l’essence. (Applaudissements sur plusieurs bancs des groupes LaREM et MODEM.)"

Vous pouvez visualiser ma question et la réponse du Ministre en cliquant sur le lien ci-dessous :


Plus d'infos

Le 13 novembre 2018

Audition par le rapporteur de la PPL pour la protection des activités agricoles et des cultures marines en zone littorale et de montagne

Les grands lacs alpins, Annecy et Léman, sont concernés

Le 13 novembre 2018

Rencontre avec Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, en charge du tourisme

Nous l’avons interpellé sur la problématique des lits chauds et froids dans les stations de ski et sur le projet de loi Mobilité pour que les destinations touristiques soient identifiées et bénéficient d’investissements de l’Etat