Martial Saddier

C’est avec un immense plaisir que je vous accueille sur ce site internet dédié à ma fonction de Député.

Je profite de cet édito pour vous remercier personnellement de la confiance que vous m’avez renouvelée à l’occasion des dernières élections législatives.

Convaincu de l’importance capitale d’une grande proximité des élus avec le citoyen pour un bon fonctionnement de la démocratie, il me paraît essentiel d’entretenir un contact permanent avec vous. Espace d’interactivité et d’échange, j’ai souhaité que ce site internet vous permette de mieux me connaître, de suivre mes actions et mon travail législatif et d’y trouver tous les renseignements dont vous auriez besoin. J’ai aussi et surtout souhaité que ce site devienne un nouveau moyen d’être à votre écoute, le plus simplement possible.

Je reste également à l’écoute de toutes vos suggestions qui me permettraient d’améliorer encore la qualité de ce site qui est maintenant le vôtre !

Le 22 mars 2019

Inauguration du salon de l’immobilier à Rochexpo 🏠

Le 21 mars 2019

Marignier : Donneurs de sang : Juliette Molliex passe le relais

Source : ledauphine.com


Plus d'infos

Le 20 mars 2019

Intervention en commission sur le rapport de l'OPECST sur la fin du diesel et de l'essence en 2040

La commission du développement durable et celle des affaires économiques auditionnaient, ce matin, Huguette Tiegna, députée, et Stéphane Piednoir, sénateur, sur le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques sur les scénarios technologiques permettant d’atteindre l’objectif d’un arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques en 2040. Au cours de cette audition, je suis revenu sur le délai très court, à peine 20 ans, de cet objectif et sur les enjeux tant financiers qu'industriels et sociaux (près d'un million d'emplois). J'ai aussi mis l'accent sur le besoin d'aller plus loin sur l'analyse du cycle de vie des nouvelles motorisations. Enfin, il est nécessaire de donner un statut particulier à toutes les infrastructures qui permettent ces mutations.

Vous pouvez visualiser mon intervention en cliquant sur le lien suivant :


Plus d'infos

Le 20 mars 2019

Réunion au Groupe Les Républicains pour préparer la contribution au grand débat sur la transition écologique

Le 20 mars 2019

Défense de mon amendement dans le projet de loi Santé pour une reconnaissance de la spécificité des zones frontalières

M. le président. La parole est à M. Martial Saddier, pour soutenir l’amendement no 418.

M. Martial Saddier. S’agissant de pénurie médicale, j’appelle votre attention, madame la ministre, sur la situation particulière des zones frontalières, en particulier lorsqu’existent de l’autre côté de la frontière des établissements de santé extrêmement importants.C’est le cas des hôpitaux universitaires de Genève – la Suisse, qui plus est, n’est pas membre de l’Union européenne –, équivalent d’un immense CHU dont l’attractivité pour le personnel médical et non-médical est considérable : les conditions proposées n’ont en effet rien à voir avec celles que peuvent offrir des établissements de santé publics et, même, privés en France. Ce sont là de véritables aspirateurs !

Il faut impérativement qu’à l’issue de nos débats, ces zones frontalières puissent bénéficier de la reconnaissance et des spécificités que vous avez accordées notamment aux zones touristiques.

Tel est le sens de cet amendement.

M. le président. Quel est l’avis de la commission ?

Mme Stéphanie Rist, rapporteure. Cet amendement est satisfait par l’article. Avis défavorable, même si j’entends votre avertissement s’agissant de la situation frontalière à proximité de Genève.

M. le président. Quel est l’avis du Gouvernement ?

Mme Agnès Buzyn, ministre. Dès lors qu’une zone frontalière rencontre des difficultés de recrutement, c’est une zone sous-dense et cet article répond typiquement à sa situation. Avis défavorable.

M. le président. La parole est à M. Martial Saddier.

M. Martial Saddier. Je vous remercie, mesdames, pour vos réponses. Je considère donc que cet amendement est satisfait. N’ayant à ce stade aucune raison de ne pas vous faire confiance, je le retire. Nous aurons l’occasion d’en rediscuter après la lecture au Sénat.

(L’amendement no 418 est retiré.)