Martial Saddier
>> Mon action >> Interventions en séance

Le 20 février 2019

Vote contre le projet de loi organique de renforcement de l'organisation des juridictions

Le 16 janvier 2019

Questions au Gouvernement

Le 21 décembre 2018

Vote sur le projet de loi portant mesures d'urgence économiques et sociales

Le vote a eu lieu à 4h35. Je me suis abstenu. Les annonces du Président de la République ne se retrouvent pas toutes dans le texte. Seulement 50% du SMIC revalorisé. 40% des retraités ne bénéficieront pas des mesures de la baisse de la CSG et il n’y a pas le retour de l’indexation des retraités sur inflation. Enfin, les heures supplémentaires ne seront pas entièrement défiscalisées comme promis

Le 21 décembre 2018

🚄 Départ à 6h40 en TGV de la Gare de Lyon

Le 21 décembre 2018

Intervention sur l'article 2 du projet de loi portant mesures d'urgence économiques et sociales

M. Martial Saddier. Dans le département de la Haute-Savoie, le secteur industriel représente 24 % du produit intérieur brut, soit le double de la moyenne nationale. Les départements de Savoie et de Haute-Savoie sont la première destination touristique au monde pour le ski ; c’est un atout considérable – comme cela peut l’être pour la Bretagne, monsieur le président.

Ces deux secteurs économiques ont apprécié le dispositif des heures supplémentaires défiscalisées et en réclament le rétablissement.

La Haute-Savoie, c’est aussi, avec 100 000 travailleurs frontaliers, le premier département frontalier de notre pays – on compte 350 000 frontaliers en France. Or les heures supplémentaires défiscalisées, notre collègue Annie Genevard l’a rappelé et Virginie Duby-Muller va y revenir, sont un moyen de lutter contre les écarts de salaires entre certains pays européens – et la Confédération helvétique est un pays voisin de notre belle France.

Tout cela pour dire que les heures supplémentaires défiscalisées ont été une réussite extraordinaire, plébiscitée à la fois par les chefs d’entreprise et par les salariés. Elles ont été supprimées par idéologie par le gouvernement socialiste en 2012. J’ai moi-même fait campagne, en 2017, en plaidant pour leur rétablissement – que je n’ai cessé de réclamer dans cette enceinte depuis dix-huit mois. C’est pourquoi j’ai plutôt apprécié que le Président de la République semble enfin annoncer le retour d’un dispositif qui a été, je le répète, une réussite ; j’éprouve donc une grande déception en découvrant ce que propose le Gouvernement.

Il n’y a pas de honte, mesdames les ministres, chers collègues de la majorité, à reproduire un dispositif qui a fait ses preuves ; c’est tout simplement ce que nous vous demandons ce soir. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)


Plus d'infos